Les 4 accords de chant pour tous

Pourquoi les 4 accords ? Parce qu’un an après le début du mouvement, il y avait de la confusion sur ce qu’était exactement un chant pour tous. Il y avait des chants pour tous à une dizaine dans des appartements qui s’appelaient « chant’appart » parce que les organisateurs se disaient que ça ne suivait pas la forme des « vrais » chants pour tous mensuels, qui à l’époque rassemblaient systématiquement cinquante personnes avec un déroulement précis. Il y avait des chants pour tous payants… et Simon et moi nous interrogions sur la meilleure manière de faire évoluer le mouvement.
On a réfléchi un moment à créer une association, à certifier des animateurs, à distinguer des chants pour tous « officiels » des chants pour tous « sauvages ». Et puis finalement on s’est mis d’accord d’éviter la structure pyramidale, de ne nous présenter que comme des animateurs parmi d’autres, d’encourager n’importe qui à devenir animateur, et on a convenu de quatre principes : vocal et corporel, improvisé, gratuit et ouvert à tous, afin de clarifier et délimiter une identité au mouvement.

1 : VOCAL ET CORPOREL

Les deux premiers accords tentent de définir ce qu’on va faire. S’il existait un terme comme par exemple « chant impro » qui englobe toutes les différentes formes d’improvisation vocale a cappella, de chant spontané, de théâtre impro chanté, un terme qui parle à tout le monde… on n’aurait peut-être eu besoin que de trois accords au lieu de quatre. Mais il y a des formes très différentes et peu de lien entre les acteurs de ces différentes formes. Et même en les rassemblant toutes, il me semble que ça reste une pratique peu répandue, peu connue, la plupart des néophytes n’ont pas une idée claire de ce dont il s’agit… Est-ce que c’est du chant ou du bruitage ? Met-on un pied dans le théâtre ? Ou deux ? Est-ce qu’il y a des mots ? Il y a des percussions corporelles aussi ? Est-ce qu’on danse ? Qu’est-ce que ça veut dire « improvisé », il y a des codes ou pas ? Pour moi tout ça est possible, même si j’ai évidemment mes préférences personnelles. On peut chanter, crier, parler, taper dans les mains, danser… après beaucoup d’hésitation j’ai donc pensé à appeler ça « vocal et corporel ». Je ne trouve pas le terme des plus accrocheur, mais il me semble qu’il définit assez bien la vastitude ce qu’on fait : des choses avec notre voix et avec notre corps, sans instrument de musique, sans équipement, avec les moyens qu’on a tous, partout et n’importe quand.

2 : IMPROVISÉ

Qu’est-ce qui est improvisé ? Tout. C’était important pour moi qu’on improvise toujours de A à Z, qu’on ne prépare aucun chant à l’avance, qu’on ne reprenne rien de connu, pas même de courte citation, mais qu’on crée absolument tout dans l’instant. Pourquoi, parce que j’adore tellement ça ! Parce que que je ne cesse de m’extasier du miracle de ces gens qui ne se connaissent pas et qui créent ensemble, à partir de rien, une petite oeuvre unique et complètement éphémère. Que ce soit un morceau de musique avec des harmonies qui font vibrer, un slam en grammelot qui nous fait rire ou un mélange des deux… et même les tentatives moins heureuses qui frottent les oreilles, c’est très rare que je n’ai pas le sourire en écoutant des gens se rencontrer ou chercher à se rencontrer de cette manière. Quand ce n’est pas carrément grandiose !

3 : GRATUIT

Pas toujours évident en termes d’organisation, par exemple pour trouver une salle prêtée gratuitement sans même avoir à verser une petite adhésion à une association, mais on fait avec… chant pour tous, c’est gratuit. Pas « à prix libre », ce qui impliquerait que bien que libre, il y ait un prix, mais gratuit. Ce qui n’empêche pas l’argent de circuler dans certains cas, par exemple si l’animateur laisse un chapeau quelque part et invite ceux qui souhaitent contribuer à y mettre quelque chose (ce que je fais très souvent). Je n’ai pas voulu que ce soit gratuit parce que j’étais contre l’argent ou à cause d’une idéologie particulière, j’ai simplement voulu que n’importe qui puisse participer.

4 : OUVERT A TOUS

Même (et surtout ?) aux gens qui n’ont pas l’habitude de chanter ou qui n’ont jamais improvisé, aux enfants et aux personnes âgées, ou encore aux gens qui ne parlent pas la même langue. Parce que même s’il peut sembler impossible de satisfaire tout le monde, j’aime beaucoup essayer quand même ! Les trois accords précédents aident à rassembler des personnes très différentes les unes des autres, et comme je l’ai dit plus haut je suis fasciné par la manière dont ces personnes peuvent se relier en chantant. Et puis aussi parce que chanter fait clairement du bien, que chanter ensemble est une tradition aussi ancienne que l’humanité et qu’on gagnerait sûrement à le faire plus souvent.

Et puis…

Au sein de ces quatre accords, tout est permis. C’est l’animateur qui choisit ou non de délimiter une forme plus ou moins précise, n’allez donc surtout pas croire si vous n’êtes venu qu’à quelques chants pour tous que ça se passe toujours pareil ! En cinq ans on a déjà exploré beaucoup de choses, mais j’espère qu’avec le temps les chants pour tous vont se diversifier de plus en plus… J’imagine aussi bien un chant pour tous avec cinq-cents personnes qui chantent en choeur les CircleSongs improvisé(e)s par l’animateur, qu’un chant pour tous dans la rue où l’on danse avec les passants juste sur le son des cris de joie. Le mouvement est grand ouvert !

Laisser un commentaire