Chanter tout.e seul.e, et pourquoi pas !

La confinement c’est fini mais les mesures sanitaires restent d’actualité et dans certains départements elles se durcissent. Certaines villes qui accueillaient des chant pour tou.te.s fréquemment n’ont pas encore relancé de rencontres. D’autres ont célébré la fin de cette période de latence en en organisant toute une série durant l’été. Lorsque des rencontres ont eu lieu, certaines personnes ont opté pour le port du masque. D’autres pas. Et certains ont préféré rester chez eux. Concrètement, chacun.e cherche ce qui lui convient le mieux et adopte le comportement qui lui semble le plus ajusté.

Pour chaque choix existe un panel d’options que l’on a commencé à dessiner :
Pour ceux.celles qui se rendent à des rencontres chant pour tou.te.s
Pour ceux.celles qui restent chez eux mais qui ont envie faire du chant improvisé avec d’autres personnes à distance

Une autre option possible : rester chez soi et faire du chant improvisé tout.e seul.e !

Et pourquoi pas ! Quand on s’y met on y prend goût. L’occasion pour moi de faire cette confidence : mes meilleures improvisations ont été chantées sur fond d’aspirateur et de ventilation de salle de bain ;). Et mon petit doigt me dit que je ne dois pas être la seule…

Alors pour certain.e.s improviser seul.e chez soi relève d’une seconde nature, ça se fait naturellement, matin, midi et soir, entre le café et la tartine, en rentrant du boulot ou en guise de défouloir post infos du soir. Mais pour ceux.celles que l’option pourraient dérouter au premier abord, voici quelques suggestions pour lâcher les fauves.

1/ Chanter seul.e chez soi c’est un peu comme le sexe, on essaye toutes les pièces, toutes les positions, toutes les heures de la journée, bref, on explore, on apprend à sentir nos préférences, on joue, et quand on trouve quelque chose qui nous fait du bien, on approfondit…!

2/ Et pour la métaphore filée, on peut aussi s’aider d’objets. Plus haut, j’ai nommé l’aspirateur et la ventilation de salle de bain. Mais il y a la cafetière allumée, le four qui tourne, l’eau qui boue, les couverts qui font cling, les chaises qui font brrrrraaa, la poignet de porte qui fait iiiiiian. Notre maison est musique à qui prête son oreille et sa voix !

3/ Sinon on peut fermer les yeux, penser à une image, un paysage, un souvenir, une émotion, une sensation, s’y connecter et exprimer ce qui vient. Des bruitages. Des sons. Des sons tenus. Des sons qui évoluent. Des sons qui deviennent voyelles, consonnes, syllabes, mots. Langage. Dire ce qui vient. Dire des choses qui ne font pas sens. Dire des choses qui font sens mais qui ne font pas sens. Langage imaginaire. Vrais mots. Improviser au rythme du courant de conscience. Dire tout haut ce qui circule déjà, lui faire prendre forme par la voix et le chant. Se connecter à sa part enfant pour ça, faire décrocher ce qui habituellement oblige ce flux à rester dedans. S’imaginer être avec son.sa thérapeute. Se mettre devant le miroir.

4/ On peut chanter en continu. Faire des pauses. Ecouter le silence. L’apprivoiser. Le déconstruire. Chanter quelque chose qui se répète, une boucle. La faire danser. Lui donner du volume. Revenir à quelque chose de continu et repartir pour un tour…

5/ On peut piocher dans les ressources en improvisation vocale de RIV. Un grand nombre d’entre elles sont applicables seul.e chez soi. Le GOGO tout seul.e ça marche et c’est même super chouette. Dix-huit ressources sur le solo, ça ne manque pas de choix et de couleur. Et parmi mes préférées pour mes concerts endiablés en solitaire : Prendre son temps ou ne pas perdre de temps, Scratch, Varier le contenu de ses boucles (celui-là j’y joue littéralement tout le temps parce que c’est juste trop bon).

Cette liste de suggestions est non-exhaustive, j’aurais potentiellement plein d’autres trucs à dire mais au fond chaque point se résume au premier : exploration, jeu, plaisir ! Pour ceux.celles qui restent chez eux.elles mais qui languissent de revenir à chant pour tou.te.s dans de meilleures conditions, invitation à improviser seul.e chez vous. Vous allez voir, ça donne la pêche, la banane et la patate !

Bienvenue aux partages d’expérience du chant impro en solitaire !



4 commentaires sur “Chanter tout.e seul.e, et pourquoi pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *