Un chant pour tous qui ne respecte pas les 4 accords ?

2954055433_1_7_EKbbFdP7

Tout le monde (sûrement la terre entière) sait maintenant qu’un événement peut être défini comme un « chant pour tous » à partir du moment où il respecte les 4 accords, seul et unique cadre délimitant le mouvement.

J’ai déjà fait un article qui parle de la liberté qu’offrent ces 4 accords, mais je n’ai pas encore parlé précisément, de mon point de vue, de ce qu’ils ne permettent pas :

1 : Intégrer dans les improvisations des instruments de musique, ou n’importe quel son qui ne soit pas produit vocalement ou corporellement par les personnes présentes, comme par exemple des sons électroniques, enregistrements, etc…

2 : Intégrer dans les improvisations des choses non-improvisées, comme par exemple des reprises ou citations de mélodies, rythmes ou paroles déjà existants, ou quoi que ce soit qui ne soit pas inventé dans l’instant.

3 : Ne permettre la participation au chant pour tous qu’en échange d’une somme d’argent, quelle qu’elle soit, même s’il s’agit par exemple d’une petite adhésion à une association.

4 : Ne permettre la participation au chant pour tous qu’à une certaine catégorie de personnes, en en refusant l’accès par exemple aux enfants, aux personnes n’étant pas membres d’une association ou d’une quelconque structure, aux débutants en chant ou en improvisation, etc…

Je n’ai personnellement rien contre toutes ces choses, au contraire. Le choix de ces 4 accords a été totalement arbitraire et vise simplement, comme toutes les règles d’un jeu, à définir ce jeu et à l’orienter de manière à ce qu’il permette une expérience et une énergie particulière.

Tout ça est bien beau… imaginons maintenant que j’ai très envie d’organiser un événement qui respecte presque les 4 accords, mais pas complètement… comment je fais ?

Première possibilité selon moi, je peux renoncer au statut de chant pour tous et à organiser mon événement indépendamment. Comme ça je ne m’emmerde pas avec tout ça et je fais ce que je veux ! Par contre je ne pourrai pas bénéficier des outils de communication mis à disposition par le mouvement chant pour tous, comme le logo, le site, les newsletters, les pages et groupes Facebook, etc, ce qui peut être dommage pour tout le monde…

Deuxième possibilité, je le fais en douce ! Je ne respecte pas un ou plusieurs des 4 accords mais je n’en parle pas dans la communication, comme ça je peux quand même profiter du site et tout ça, je bénéficie à la fois du soutien et de la liberté. Par contre si un participant n’est pas content et décide de jouer à la police de chant pour tous, ça risque de pourrir l’ambiance… et puis personnellement, ça irait à l’encontre de certaines de mes valeurs, comme respecter et honorer l’intégrité du mouvement et des personnes qui y contribuent.

Troisième possibilité, je bricole pour tout concilier, en séparant l’événement en deux parties (ou plus), une partie respectant les 4 accords et l’autre non. J’explique ce déroulement dans la communication en annonçant par exemple que le « vrai » chant pour tous aura lieu à telle heure et qu’il sera suivi d’une deuxième partie qui intègrera par exemple des instruments de musique ou des choses préparées. Comme ça votre 1ère partie a tout à fait sa place par exemple sur le site, vous bénéficiez de tous les supports de communication, et les participants sont avertis et peuvent choisir de partir avant la 2ème partie s’ils le souhaitent.

Vous aurez compris que j’ai une préférence pour la troisième option… mais il faut de tout pour faire un monde !

Laisser un commentaire