Récit d’une CircleSong d’équinoxe

J’ai publié il y a une quinzaine de jours en vidéo un extrait d’une circlesong que j’ai conduite lors du chant pour tous du 22 septembre 2017 à la MJC Jean Macé à Lyon. J’ai reçu beaucoup de retours positifs à propos de cette circlesong, et comme c’était un moment assez spécial pour moi aussi, j’ai eu envie d’écrire cet article pour en dire un peu plus. C’est l’occasion à la fois de remarquer quelques spécificités musicales qui peuvent en intéresser certains (et que certains autres ne s’inquiètent surtout pas si c’est du chinois pour eux, il n’y a pas besoin de comprendre ces choses pour faire de la magnifique musique), et aussi pour une fois de raconter un peu ce qui s’est passé dans ma tête sur le moment.

Alors c’était l’équinoxe d’automne… événement anodin pour la plupart des gens, mais important pour la part de moi qui est restée attachée à l’époque où je faisais du chamanisme. Quand je cherchais à caler les dates pour mes chants pour tous de cette année et que j’ai vu que l’équinoxe tombait un vendredi (mon soir de prédilection pour les chants pour tous), j’étais ravi ! L’heure précise de l’équinoxe était à 22h01… au début j’étais un peu embêté vu qu’en général c’est l’heure où on fait la pause… mais je m’étais dit « bon, on verra bien où ça en est à cette heure-là, et peut-être que je ferai une dernière circlesong avant la pause si je sens l’élan. » A 22h moins des poussières j’ai effectivement senti l’élan et j’ai commencé cette circlesong.

Je n’ai pas mis les premières minutes de la circlesong dans la vidéo car la mise en place a été plutôt lente, mais je vais raconter un peu comment ça s’est passé. Fidèle à ma façon de faire préférée, je ne pense pas à ce que je veux faire et je commence juste à improviser sans intention particulière. La première boucle me vient très vite. J’aime beaucoup cette première boucle et je regrette qu’on ne l’entende pas mieux dans la vidéo ; c’est à 2:14 qu’on l’entend à mon avis le mieux, juste avant que je la fasse arrêter. Elle contient peu de notes différentes et un rythme simple et régulier, typiquement le genre de boucle assez neutre avec laquelle j’aime beaucoup démarrer, pour l’ouverture qu’elle laisse ensuite et l’éventualité de servir de « boucle-charnière » avec laquelle moduler plus tard (ce qui ne sera pas le cas ici). Seule l’articulation est un peu plus riche : « houmatatsouméhi houmatatsouméha ».

Petit solo une fois que cette boucle est en place, qui me conduit rapidement à la deuxième boucle, le « ho(u)mataaaaaaa » avec les notes tenues qui créent les changements d’accords en descendant par demi-ton. Cette boucle a deux particularités. La première c’est qu’elle crée une alternance majeur/mineur, et la deuxième c’est qu’elle tourne sur trois mesures (là où on a plus l’habitude d’avoir des multiples de deux). Ce n’était pas intentionnel, j’ai rarement d’intention de ce genre quand j’improvise, je me laisse chanter et ensuite je remarque (ou pas) qu’il y a une alternance majeur/mineur et que ça tourne sur trois mesures… Et là en même temps que je remarque ça, je me dis aussi « waouh c’est joliiiii », et c’est avec cette pensée que mes ennuis commencent !

En étant touché par la musique qui prend forme et en percevant que beaucoup de gens dans le cercle sont touchés aussi, une part de moi ne trouve rien de mieux à faire que de mettre la pression avec des pensées du type « allez c’est un moment particulièrement précieux, concentre-toi, il faut assurer ! » A ce moment-là je commence à « perdre le flow » par intermittence, c’est-à-dire que cet élan fluide et évident que je sentais au début s’effrite. Je commence à « essayer de faire quelque chose de bien », en suivant ce que me dictent les pensées enthousiastes mais stressées (ou en tout cas stressantes) de la part de moi qui a tellement envie de nous offrir un merveilleux cadeau musical.

Quand la deuxième boucle est en place, je sais immédiatement que je veux l’harmoniser (j’harmonise très souvent les boucles avec des notes tenues, j’adore ça) et ça me vient assez vite. Une difficulté pour les choristes ici… l’harmonie fait doooooooo# doooooooo# réééééééééé# ; deux fois la même note tenue puis une fois la note au-dessus et ainsi de suite… Les choristes n’ont pas l’habitude d’un cycle de trois mesures comme celui-là, ce qui peut amener beaucoup d’entre eux à devoir compter pour s’y repérer, ou au moins garder une attention là-dessus, sans pouvoir donc se lâcher autant que quand la boucle « coule de source » pour eux. Au moment où je leur chante, je leur dis d’ailleurs verbalement « une fois en haut, deux fois en bas » pour les aider, ce que je fais rarement (donner des indications verbales en cours de circlesong).

Ensuite pour la troisième boucle je cherche un peu en suivant une pensée qui me dit de remplir l’espace laissé par la deuxième boucle dans la deuxième moitié de la mesure, comme une réponse. Et là je trouve quelque chose qui me plaît mais qui pose un nouveau problème musical… c’est une partie très simple, une montée et redescente entre le premier et le cinquième degré de la gamme. En mineur… sauf qu’une mesure sur trois on passe en majeur, et qu’à ce moment-là on voudrait donc ajuster la tierce d’un demi-ton. Pas de problème pour quelqu’un qui a l’oreille assez exercée, mais c’est loin d’être le cas de tout le monde ! Je me dis que si j’essaye de donner cette boucle en changeant un demi-ton (et en l’occurrence un demi-ton sur lequel on ne fait que passer rapidement) toutes les trois mesures, je vais y passer cinq minutes pour que ça rentre (si ça rentre). Je n’ai pas envie d’y passer autant de temps, je préfère préserver l’énergie du reste du cercle et conserver mon « rythme de narration »… je donne donc la boucle tout en mineur, sans l’ajustement du demi-ton. Une mesure sur trois ça frotte un peu au passage… bon, de toute façon ça frottait déjà entre la première et la deuxième boucle sur l’accord majeur, ça me gêne à peine. La boucle est simple et elle vient compléter l’arrangement d’une manière qui me plaît beaucoup, elle contribue notamment à me donner une impression de mouvement circulaire bien particulière dans cette circlesong.

Début du nouveau solo ! Je démarre en mode flûte dans les aigus, et là je vois très vite que ce passage majeur/mineur peut être super casse-gueule dans le contexte… j’hésite et je tâtonne un peu pendant vingt secondes, et là c’est le début de la vidéo ! Avec cette première phrase à 0:10 qui descend et que j’aime énormément. Quelques secondes après, une pensée me dit « sur ce genre d’ambiance, ce serait trop bien de faire du langage imaginaire ! » et je suis cette pensée. De 0:22 à 0:53, avec la montée en langage imaginaire, le crescendo et le pic d’intensité, j’essaye de faire quelque chose de bien… c’est-à-dire que je fais ce que je pense qu’il serait bien de faire (langage imaginaire, montée progressive, demande de crescendo au cercle, note tenue dans les médium-aigus, etc), et comme presque à chaque fois que je fais ça, « je ne suis pas dedans ». Le résultat vaut ce qu’il vaut (en l’occurrence je me dis que je ne m’en suis pas trop mal sorti, à part la malheureuse attaque de note tenue à 0:43)… mais je n’avais aucun frisson en le faisant et je n’ai aucun frisson en le réécoutant, ça ne me touche pas. J’ai beaucoup hésité à publier cette partie du solo, j’étais tenté de ne faire commencer la vidéo qu’à 0:46… et puis j’ai demandé l’avis de quelques membres d’Improvie qui m’ont chaleureusement encouragé à la publier !

A 1:00 environ, quelque chose bascule en moi, peut-être parce que le « climax » est passé, les pensées qui me suggéraient de faire ceci et cela se dissipent, je retrouve un élan plus spontané, plus évident, même si quelque chose en moi restera légèrement vigilant jusqu’au bout. De 1:01 à 1:23 je joue au question-réponse avec la troisième boucle, je prends beaucoup de plaisir à faire ça et j’adore en particulier la sensation de mouvement « vaguesque »… que j’exprime beaucoup physiquement !

Puis la demande de decrescendo à 1:29 se fait de manière évidente, et j’enchaîne dans les aigus. Ma manière de chanter ici est très inspirée de Bobby McFerrin, c’est quelque chose que j’adore faire, en particulier à faible volume comme ça. De 1:38 à 1:51 c’est mon passage préférée de la vidéo… Je me souviens du bonheur de chanter cette mélodie sur le moment, cette fois sans aucune question ou auto-guidance en tête, en découvrant juste chaque note à l’instant où je la chante. J’ai tout autant de bonheur à réécouter cette partie, et apparemment il y en a d’autres que ça touche beaucoup, une des membres d’Improvie m’ayant dit « la seule chose que je te reprocherais c’est de ne pas avoir répété ces phrases plus longtemps ». Le « iii » à 1:52 est aussi très goûteux pour moi. J’adore également la manière dont le cercle chante l’arrangement dans cette partie, tout en finesse mais sans perdre en tempo ou en hauteur. Le mélange de tous ces timbres me touche beaucoup, c’est un bon exemple de pourquoi je préfère ne pas séparer le cercle par pupitres.

Je sens que c’est la fin. J’arrête d’abord la troisième boucle et les remercie d’un geste, puis je me tourne vers la première boucle. Je joue quelques secondes avec eux, je fais notamment des bruits de souffle qu’on n’entend quasiment pas dans la vidéo, pour manifester la dimension rythmique que cette boucle m’évoque. Puis je leur demande un decrescendo avant de les arrêter et de les remercier aussi. Je me tourne enfin vers la deuxième boucle harmonisée. Ici j’aurais pu avoir envie de refaire un bout de solo avant de conclure, c’est quelque chose que je fais souvent quand je finis avec ce type de boucle, mais à ce moment-là je n’ai plus de pensées de ce genre, mon attention est essentiellement sur mes sensations et sur mon mouvement spontané. Je continue avec des respirations qu’on n’entend pas bien dans la vidéo. Je me souviens que ces respirations sont très agréables sur le moment, à la fois intenses, vibrantes, et détendues. Je me remets à chanter dans les graves pour soutenir le dernier accord. A la réécoute j’adore le son que fait la petite fille à 2:38 et la manière dont sa voix accompagne les derniers instants ! La fin se fait aussi de manière évidente. C’est typiquement le genre d’impro après laquelle je peux particulièrement savourer un silence de 10-30 secondes sans applaudissement, mais bon, pas cette fois !

A noter aussi que j’ai passé énormément de temps les yeux fermés pendant cette impro, ce qui m’arrive rarement à ce point-là (avoir un contact visuel avec le groupe m’aide généralement à « garder les pieds sur terre »)…

Je suis sorti très paisible et joyeux de cette circlesong, et je suis ravi d’en avoir un souvenir en vidéo ! On est assez loin de mon idéal d’improvisation, que ce soit en termes d’arrangement, de solo ou de présence, mais cette circlesong a un petit quelque chose d’unique, c’était un de ces moments de grâce que je vivrais bien tous les jours !

Laisser un commentaire