Les chants pour tous à Angoulême, ça continue !

Salut à tous,

C’était la dernière session que j’animais sur Angoulême puisque je pars vivre dans le Morbihan. Rétrospective de ces quelques CPT angoumoisins.

Déjà, le lieu. Merci à Laurence pour avoir accepté de faire son café littéraire, le Buveur d’encre, un endroit de rencontres et d’échanges et de par ce fait, de permettre de nous réunir une fois par mois. Ce lieu est intimiste, parfait pour le lâcher prise, confortable à souhait et les planches qu’elle propose sont tout à fait délicieuses.

La première session a démarré en Mars et ça y est, la graine a pris. Dès la première session, un groupe d’une dizaine de personnes ont adhéré au concept et sont revenues les sessions suivantes. De franches rigolades, de beaux moments d’émotion et des liens qui se tissent.

C’est avec joie de partir le cœur léger, sachant que le flambeau est d’ores et déjà repris et que le futur CPT aura lieu normalement le 9 juillet. Il sera animé par Catherine et Emilie.

Quant à moi, j’envisage déjà d’animer des chants pour tous dans le pays lorientais à partir du 15 septembre.

A très prochainement donc !

Etienne

Pour voir un aperçu de la dernière session, c’est par ici : https://youtu.be/c4fDD7Yuvec

Quelques mots et images du mois de janvier

Ce mois-ci il y a eu des chants pour tous à :
• Nantes
• Lyon
• Dieppe
• Brioude
• Lodève
• Montpellier
• Rouen
• Besançon
• Rennes
• Bruxelles
• Aubagne
• Phnom Penh (Cambodge) !!

Parmi ces lieux, plusieurs proposent désormais des chants pour tous réguliers (Brioude, Lodève, Rennes, Bruxelles) !

Pour d’autres lieux il s’agissait d’un événement exceptionnel dont on ne sait pas encore s’il sera reconduit ou non. On peut notamment célébrer le 1er chant pour tous sur le continent asiatique, à Phnom Penh au Cambodge !!

Les quelques photos que vous voyez dans cet article ont été prises aux chants pour tous de Bruxelles, Aubagne et Lodève. Je voulais aussi célébrer ça parce que ce n’est pas souvent qu’on voit passer autant d’images de tous ces événements ! Ces photos et d’autres ont été partagées dans le groupe Facebook du mouvement, un groupe encore méconnu dont le but est bien sûr de relayer les événements mais aussi les photos, vidéos, témoignages, débats et tout ce qui peut être partagé en lien direct avec chant pour tous.

Le mois de février s’annonce à priori aussi riche que le mois de janvier… Alors au plaisir de voir fleurir tous ces événements, d’improviser ensemble et de se savoir de plus en plus nombreux à le faire !

 

1er rassemblement des animateurs

Le WE du 19-20 août 2017 à Lyon a eu lieu le premier rassemblement des animateurs chant pour tous !

Venus de Paris, Marseille, Montpellier, Bruxelles, Liège, Rouen, Crest et Lyon, on était douze à avoir pu participer à ce premier WE. La plupart ne se connaissaient pas encore. On a improvisé, partagé des jeux et exercices, échangé sur nos expériences, questionnements, projets, on s’est fait des câlins, on a ri, bu et mangé ensemble, et on est reparti ravi, inspiré et super motivé pour la suite !

On a voulu filmer une de nos séances d’impro sur la passerelle Masaryk (où on a pris cette photo – cliquez ici pour la voir en plus grand sur FB) pour partager quelques extraits vidéos avec vous tous, mais le vent soufflait très fort et l’enregistrement audio est malheureusement inécoutable… ce sera partie remise pour l’année prochaine, on refera des rassemblements similaires au moins une fois par an. En attendant, tous ces merveilleux animateurs (et tous ceux qui n’ont pas pu venir cette fois) vont continuer à proposer des chants pour tous dans leurs régions respectives, l’aventure continue !

Es-tu certain quand tu chantes avec d’autres personnes que ta voix t’appartient ?

Salut,

J’avais envie de partager ce qui emporte mon enthousiasme dans nos sessions d’impro collective en revenant notamment sur les accords du mouvement. Bon ! cela dit, attention : « Corporel et vocal, ouvert à tous, gratuit et improvisé » sont bien cachés, il te faudra être attentif(ve) lecteur(trice).

Je fais des tas d’emprunt à des gens qui ont cherché plus profondément et avec plus de rigueur que moi et merci à eux de m’inspirer. Ici, « je » « on » ou « nous » c’est moi, ma vision, ma manière de voir et de sentir, je la partage et vous invite à passer un moment dans mes pensées et peut-être à réagir à votre tour.

 

Es tu certain quand tu chantes avec d’autres personnes que ta voix t’appartient ?  ou Qui je suis quand je chante ?

Tu es dans un échange désintéressé où la seule chose qui te différencie de l’animateur, c’est la parole qu’il prend en début de session pour présenter le cadre afin que chacun puisse prendre ses marques et s’investir.

Oui ! Parce que donner de la voix ce n’est jamais évident. Diriger son souffle et y mêler des sons, c’est tout aussi intime que de regarder quelqu’un profondément dans les yeux.

Alors la gratuité pour marquer ce désintéressement. C’est acter l’égale légitimité de tout un chacun à donner de la voix, à s’apprendre parce que la musique c’est une culture immense qui des Jackson five aux Pygmées de l’Afrique centrale, des ouïgours aux aborigènes d’Australie entremêlent des manières de respirer à des façons d’exprimer des sons.

Il y en a tant que l’on devrait plus souvent être reconnaissant envers cette diversité musicale immense plutôt que de s’excuser de lui emprunter ce que nous appelons nos « fausses » notes.

Les sessions d’improvisation collective sont cet espace de liberté où ce chant libre nous invite à la rencontre des autres en allant au devant, peut être, de quelque chose que nous avons tous intimement en commun.

Du coup je me demande pourquoi selon nos scientifiques l’humain a-t-il commencé à chanter et qu’aurait-il chanté la première fois ? quelqu’un à une idée ?.

Continuons !

Plus on est d’humain, plus on se rapproche d’une humanité. C’est à dire de la diversité musicale dont je parlais plus haut (diversités de sentir, de vivre de respirer). Et l’âge de ces humanités nous rappelle parfois ce qu’avec le temps ou l’habitude nous avons égaré. Les plus jeunes nous rappellent notre premier métier : « joueur en tout genre », et les débuts de nos inhibitions. Je me rappelle combien je pouvais jouer des heures sans voir le temps passer. Dans le jeu je m’oubliais et j’étais l’instant et l’instant suivant, au gré de mes improvisations ludiques.

Pour les plus vieux : je vous le dirai quand j’aurai tenté l’expérience  (d’ailleurs si vous avez une expérience de ce genre ça m’intéresse). Si tu ne suis pas, ça  c’était pour l’accord : « ouvert à tous »

Enfin , pour moi « chant pour tous » (et c’est je crois la première fois que j’appelle le mouvement par son nom et c’est à dessein car je pense que sa force c’est de se réduire à une forme simple déclinable à volonté et cohérente) c’est un acte politique contre toute injonction d’efficacité, de résultat, de projection, les sessions ne font pas gagner du temps ni même en perdre elle creusent l’instant, lui donne une profondeur et une épaisseur HUmaine. Le pouvoir de nos voix c’est de nous suspendre. Et pour revenir à la question que je me posais à la moitié de l’article, à savoir quelle était la teneur du premier chant ? Je me plais à croire que tout commença par un cri, de détresse, de joie, ou de peine, mais l’important est qu’il fut repris, traduit, enrichi jusqu’à ce que pousse un chant qui pour notre bonheur nous réunit.

Vive l’improvisation !

H-w

 

Retour sur la session du Chant pour tous à la campagne

Ca a commencé sur les bords d une route
C était histoire de faire du pouce et de se reconcilier avec le hasard.
Arrivé sur les bords de l èvre et rejoins par 24 pouces de Nantes à Angers du plus près au plus éloigné, dans la peine ombre du théâtre et dans un faisceau de lumiere. Petit echauffement, massage et décontraction avant de s’ abandonner aux premieres notes. Les debuts sont toujours merveilleux parce que le corps tremblant la voix est fragile et l’ émotion nous enveloppe. Oh, ce n est pas evident de se plonger dans ce petit bain mais on se rencontre que dans ce chant en cercle qui tourne et qui change constamment de centre. Alors le bain devient fleuve et le courant passe à travers nous, à 14 ou à 3 à 4 et sans filet, les impros en petits groupes ou les voix s entre-visitent. On fini dans un ocean ou tout le bain se deverse ou le fleuve dense en profusion de gouttes, l energie est à son comble. Et on fini sans vraiment s arrêter et on s arrête sans vraiment finir. Ces fins là, c est ce qui nous met en appetit pour une prochaine fois.
ps: prochaine fois le 24 juin au théâtre de l’èvre

 

Retour sur la saison 2015-2016

C’est l’été… période creuse du mouvement. Plein de belles choses se profilent pour la rentrée et en attendant j’ai envie de célébrer cette saison 2015-2016 qui a été particulièrement éclatante.

Les chants pour tous ont joyeusement continué à Lyon, Nantes et Crest, les villes où le mouvement était déjà installé, et quatre nouvelles villes les ont rejointes :

Le mouvement a également repris à Paris avec Florence Moreau qui a pris la suite d’Hamedy-Weya Nean et Cyril Kyen.

Les chants pour tous ne continueront pas à Toronto l’année prochaine, Camille Pascal déménageant à New York… par contre ce n’est que le début de l’aventure à Liège, Rouen et Montpellier ! Et la saison 2016-2017 aura sans aucun doute son lot de nouveaux lieux, dont certains sont déjà en préparation…

La liste des animateurs réguliers s’est donc considérablement enrichie avec pas moins de douze animateurs à l’heure actuelle !

Des chants pour tous ont également été organisés dans plusieurs festivals, ainsi que de nouvelles formules allant dans le sens de la diversification du mouvement qui me tient tellement à coeur.

Et tout ça a bien sûr été grandement facilité par le lancement en octobre dernier de ce site web, conçu bénévolement par David Mercereau à qui j’adresse une fois de plus toute ma gratitude, ainsi qu’à Julien Montet qui a réalisé le logo et les graphismes. Vous avez été nombreux à visiter/utiliser ce site et à nous adresser des retours très positifs ; j’espère que nous continuerons à le rendre de plus en plus vivant et actif !

Tout ça me rend extrêmement joyeux, touché, reconnaissant et motivé ! Je souhaite que ce mouvement continue à grandir et à favoriser de plus en plus de partage, de bienveillance, de créativité, de co-création, de beauté, de joie, de célébration, de toutes ces précieuses choses que je savoure à chaque fois.

Et je vous souhaite à tous un magnifique été !!

Nous sommes loin d’avoir tout vu

Potentiellement, un chant pour tous peut :

  • Avoir lieu presque n’importe où, dedans, dehors, dans la nature, dans la rue, dans un stade…
  • Réunir cinq personnes, dix personnes, cinquante personnes, mille ou dix-mille personnes…
  • Être composé d’enfants, d’adultes, jeunes ou âgés…
  • Être composé de personnes de milieux différents, de cultures différentes, de langues différentes…
  • Être composé de chanteurs plus ou moins expérimenté ou de personnes n’ayant pas du tout l’habitude de chanter…
  • Durer une demi-heure ou trois jours…

Mais pas seulement ! Potentiellement, un chant pour tous peut aussi :

  • Alterner différentes formes d’improvisation collective (par exemple improvisations libre à différents nombres, circlesongs conduites par une seule personne, improvisations répondant à des consignes précises, etc)… ou bien n’en privilégier qu’une seule…
  • Offrir un immense espace de liberté (par exemple avec un chant pour tous à une dizaine, dans un appartement avec un bon thé ou une bière, où on ne fait qu’improviser tous ensemble sans aucune consigne pendant trois heures)…
  • Ou plutôt proposer un cadre très précis (par exemple un chant pour tous animé par un professeur de musique qui guiderait les participants dans une série d’exercices harmoniques et rythmiques basés sur l’improvisation)…
  • Faire improviser tout le monde ou pas (par exemple dans le cas d’un chant pour tous avec seulement des circlesongs conduites individuellement)…
  • Privilégier un certain aspect de tout ce que chant pour tous peut offrir, en se concentrant par exemple sur les notions de rencontre et de partage entre les participants, la détente, le défoulement, ou plutôt sur une vision spirituelle, ou encore sur la dimension musicale, au sein de laquelle on peut éventuellement privilégier tel ou tel style de musique…
  • Avoir un ton humoristique ou cérémonieux, ou n’importe quelle ambiance impulsée par l’animateur…
  • Et j’en oublie…

Donc en résumé, les variations possibles sont vertigineuses. Ce qui ne change pas c’est que que ça chante, que c’est de l’improvisation, que c’est gratuit et ouvert à tous ; à part ça l’animateur est le maître du navire.

En mars 2016 nous sommes une dizaine d’animateurs et pour la plupart on ne s’est pas ou peu éloigné du « déroulé traditionnel » (échauffement, circlesongs, impros libres en petit groupe et grande impro collective)… Celui-ci subsistera très probablement, mais je prédis que de plus en plus d’animateurs vont proposer des choses complètement différentes, comme on a commencé à le voir avec par exemple récemment à Lyon un chant pour tous poétique et un chant alchimique.
J’ai donc à coeur de partager cet article pour peut-être aider à se préparer à ces différences, pour éviter que certaines personnes pensent que « c’est ça un chant pour tous » en ayant aimé ou non une certaine expérience avec un certain animateur. Pour que chaque chant pour tous ait un goût bien distinct, pour que chaque personne puisse savourer ce qu’elle préfère, et aussi pour rester curieux et ouvert à d’autres saveurs.

Lire aussi :
• Les quatre accords de chant pour tous
• Devenir animateur chant pour tous
• Qui gouverne chant pour tous, comment fonctionne le mouvement ?

Comment ne rien manquer de l’actualité chant pour tous

Pas évident de ne pas passer à côté de certains événements, surtout à Lyon où disons-le : c’est le bordel ! Il y a des chants pour tous dans plein de lieux différents, parfois annoncés sur le site peu de temps à l’avance, ou au contraire si longtemps à l’avance qu’on les oublie, certains nécessitent une réservation mais pas toujours, et parfois la jauge est très limitée donc ça se joue en quelques jours… alors comment faire pour éviter la frustration d’apprendre qu’il y a un chant pour tous auquel on aurait adoré participer mais qui est déjà complet ?

Stratégie n°1 : les newsletters

Le site propose deux types de newsletters complémentaires :

  • D’abord la newsletter « vie du mouvement » qui vous envoie un mail le premier jour du mois avec un petit édito sur l’actualité, la liste des articles publiés sur le site le mois précédent et la liste des événements programmés le mois qui vient.
  • Ensuite les newsletters « locales » pour chaque ville active… si vous vous inscrivez par exemple à la newsletter de Lyon, vous recevrez un mail à chaque fois qu’un événement ayant lieu à Lyon est publié sur le site (sauf quand parfois l’animateur décide de ne pas envoyer d’alerte).

Abonnez-vous aux deux pour ne rien manquer !

Sélectionner une ou plusieurs listes :

Bien entendu vous pouvez vous désinscrire facilement si vous en avez marre de recevoir des mails…

Stratégie n°2 : Facebook

Plusieurs pages et groupes sont consacrés à chant pour tous sur Facebook, en voici la liste.

Stratégie n°3 : faire du site votre page d’accueil ou le visiter régulièrement

Normalement, les deux premières stratégies cumulées garantissent de ne rien manquer, mais si vous voulez être vraiment sûûûûûr… prenez également l’habitude de jeter régulièrement un coup d’oeil au site !

Les 4 accords de chant pour tous

Pourquoi les 4 accords ? Parce qu’un an après le début du mouvement, il y avait de la confusion sur ce qu’était exactement un chant pour tous. Il y avait des chants pour tous à une dizaine dans des appartements qui s’appelaient « chant’appart » parce que les organisateurs se disaient que ça ne suivait pas la forme des « vrais » chants pour tous mensuels, qui à l’époque rassemblaient systématiquement cinquante personnes avec un déroulement précis. Il y a eu quelques chants pour tous payants… et Simon et moi nous interrogions sur la meilleure manière de faire évoluer le mouvement.
On a réfléchi un moment à créer une association, à certifier des animateurs, à distinguer des chants pour tous « officiels » des chants pour tous « sauvages ». Et puis finalement on s’est mis d’accord d’éviter la structure pyramidale, de ne nous présenter que comme des animateurs parmi d’autres, d’encourager n’importe qui à devenir animateur, et on a convenu de quatre principes : vocal et corporel, improvisé, gratuit et ouvert à tous, afin de clarifier et délimiter une identité au mouvement.

Voilà un peu ma vision de ces 4 accords aujourd’hui :

1 : VOCAL ET CORPOREL

Les deux premiers accords tentent de définir ce qu’on va faire. S’il existait un terme comme par exemple « chant impro » qui englobe toutes les différentes formes d’improvisation vocale a cappella, de chant spontané, de théâtre impro chanté, un terme qui parle à tout le monde… on n’aurait peut-être eu besoin que de trois accords au lieu de quatre. Mais il y a des formes très différentes et peu de lien entre les acteurs de ces différentes formes. Et même en les rassemblant toutes, il me semble que ça reste une pratique peu répandue, peu connue, la plupart des néophytes n’ont pas une idée claire de ce dont il s’agit… Est-ce que c’est du chant ou du bruitage ? Met-on un pied dans le théâtre ? Ou deux ? Est-ce qu’il y a des mots ? Il y a des percussions corporelles aussi ? Est-ce qu’on danse ? Qu’est-ce que ça veut dire « improvisé », il y a des codes ou pas ? Pour moi tout ça est possible, même si j’ai évidemment mes préférences personnelles. On peut chanter, crier, parler, taper dans les mains, danser… alors bon, pourquoi pas « vocal et corporel »… Je ne trouve pas le terme des plus accrocheur, mais il me semble qu’il définit assez bien la vastitude ce qu’on fait : des choses avec notre voix et avec notre corps, sans instrument de musique, sans équipement, avec les moyens qu’on a tous, partout et n’importe quand.

2 : IMPROVISÉ

Qu’est-ce qui est improvisé ? Tout. C’est précieux pour moi qu’on improvise toujours de A à Z, qu’on ne prépare aucun chant à l’avance, qu’on ne reprenne rien de connu, pas même de courte citation, mais qu’on crée absolument tout dans l’instant. Pourquoi, parce que j’adore tellement ça ! Parce que je m’extasie presque toujours du miracle de ces gens qui ne se connaissent pas et qui créent ensemble, à partir de rien, une petite oeuvre unique et complètement éphémère. Que ce soit un morceau de musique avec des harmonies qui font vibrer, un slam en grammelot qui nous fait rire ou un mélange des deux… et même les tentatives les moins heureuses qui frottent les oreilles, c’est rare que je n’ai pas le sourire en écoutant les gens se rencontrer ou chercher à se rencontrer de cette manière. Quand ce n’est pas carrément grandiose !

3 : GRATUIT

Pas toujours évident en termes d’organisation, par exemple pour trouver une salle prêtée gratuitement sans même avoir à verser une petite adhésion à une association, mais on fait avec… chant pour tous, c’est gratuit. Même pas « à prix libre », ce qui impliquerait que bien que libre, il y ait un prix, mais gratuit. Ce qui n’empêche pas l’argent de circuler dans certains cas, par exemple si l’animateur laisse un chapeau quelque part et invite ceux qui souhaitent contribuer à y mettre quelque chose, ce que je fais souvent. Personnellement je n’ai aucun souci avec la circulation d’argent dans le mouvement, de quelle manière que ce soit, tant que les gens qui préfèrent ne rien payer n’ont rien à payer pour participer !

4 : OUVERT A TOUS

Même (et surtout ?) aux gens qui n’ont pas l’habitude de chanter ou qui n’ont jamais improvisé, aux enfants et aux personnes âgées, ou encore aux gens qui ne parlent pas la même langue. Parce que même s’il peut sembler impossible de satisfaire tout le monde, j’aime beaucoup essayer quand même ! Les trois accords précédents aident à rassembler des personnes très différentes les unes des autres, et comme je l’ai dit plus haut je suis fasciné par la manière dont ces personnes peuvent se relier en chantant. Et puis aussi parce que chanter fait clairement du bien, que chanter ensemble est une tradition aussi ancienne que l’humanité et qu’on gagnerait sûrement à le faire plus souvent.

Et puis…

Au sein de ces quatre accords, tout est permis. C’est l’animateur qui choisit ou non de délimiter une forme plus ou moins précise, n’allez donc surtout pas croire si vous n’êtes venu qu’à quelques chants pour tous que ça se passe toujours pareil ! En cinq ans on a déjà exploré beaucoup de choses, mais j’espère qu’avec le temps les chants pour tous vont se diversifier de plus en plus… J’imagine aussi bien un chant pour tous avec cinq-cents personnes qui chantent en choeur les CircleSongs improvisé(e)s par l’animateur, qu’un chant pour tous dans la rue où l’on danse avec les passants juste sur le son des cris de joie. Le mouvement est grand ouvert !