Retour sur la session du Chant pour tous à la campagne

Ca a commencé sur les bords d une route
C était histoire de faire du pouce et de se reconcilier avec le hasard.
Arrivé sur les bords de l èvre et rejoins par 24 pouces de Nantes à Angers du plus près au plus éloigné, dans la peine ombre du théâtre et dans un faisceau de lumiere. Petit echauffement, massage et décontraction avant de s’ abandonner aux premieres notes. Les debuts sont toujours merveilleux parce que le corps tremblant la voix est fragile et l’ émotion nous enveloppe. Oh, ce n est pas evident de se plonger dans ce petit bain mais on se rencontre que dans ce chant en cercle qui tourne et qui change constamment de centre. Alors le bain devient fleuve et le courant passe à travers nous, à 14 ou à 3 à 4 et sans filet, les impros en petits groupes ou les voix s entre-visitent. On fini dans un ocean ou tout le bain se deverse ou le fleuve dense en profusion de gouttes, l energie est à son comble. Et on fini sans vraiment s arrêter et on s arrête sans vraiment finir. Ces fins là, c est ce qui nous met en appetit pour une prochaine fois.
ps: prochaine fois le 24 juin au théâtre de l’èvre

 

Qui gouverne chant pour tous, comment fonctionne le mouvement ?

De mon point de vue, un chant pour tous est un jeu (ou un sport si vous préférez). Comme tout jeu, il est régi par des règles et ces règles sont les fameux 4 accords.
Ensuite, il y a des gens qui jouent à ce jeu… certains en invitent d’autres à jouer, certains jouent le rôle de maître du jeu, certains s’impliquent de différentes manières dans le jeu, jouent pour différentes raison, certains se rassemblent en communauté et d’autres non, certains suivent les règles et d’autres non, certains créent des sites internet, des pages Facebook ou des chaînes YouTube autour du jeu, certains ont font leur passion et d’autres sont des joueurs du dimanche.
Et voilà !

Il n’y a pas de leader, pas d’association, pas de ligue officielle, ni aucune structure qui centralise officiellement quoi que ce soit. Même ce site, bien qu’il soit actuellement utilisé par la majorité des animateurs et de nombreux participants, n’est qu’un outil mis à disposition par une équipe restreinte de passionnés qui en a la totale responsabilité. Si un autre site similaire voyait le jour, personne ne leur ferait un procès. Toute personne est entièrement libre de fonctionner comme elle le souhaite, seule ou en équipe, en ayant tout pouvoir sur ce qu’elle a elle-même initié.

Pour ma part, je suis un joueur investi à différents niveaux :

  • J’organise et anime des chants pour tous, à mon rythme…
  • Je prends des initiatives au service de ma vision du mouvement, par exemple en collectant des fonds pour faire créer et imprimer des affiches que je partagerai ensuite à d’autres animateurs, ou en publiant des vidéos de mes chants pour tous sur ma chaîne YouTube « Chant Pour Tous Lyon », ou encore en écrivant des articles sur ce site.
  • Je m’associe à d’autres animateurs pour des projets collectifs, comme la création et la gestion de ce site, des chants pour tous co-animés, ou encore des rassemblements d’animateurs. Pour certains de ces projets je sollicite tous les animateurs que je connais (comme pour un rassemblement), tandis que pour d’autres je choisis les personnes avec lesquelles je souhaite coopérer.
  • Je participe à des chants pour tous organisés et animés par d’autres, j’y suis parfois discret, parfois je m’y exprime beaucoup plus.

Tout ça, n’importe qui peut donc le faire ! Mais ce serait mentir de dire que je n’ai pas aussi un rôle plus particulier dans le mouvement… jusqu’à récemment ce rôle n’était pas bien clair pour moi ; je me reconnais maintenant comme la « personne source » (vous pouvez en savoir plus sur la notion de personne source en regardant cette vidéo). Ce concept m’a beaucoup éclairé ! Notamment en m’aidant à comprendre pourquoi le mouvement croît avec autant de fluidité et surtout sans aucun effort, comme s’il était autonome. Il me semble que c’est en partie parce qu’il fonctionne en cellules (avec parfois une seule grande cellule / réseau / communauté par ville, et parfois de nombreuses cellules de différentes tailles, certaines durables et d’autres éphémères) et que chaque animateur (ou parfois co-animateur ou organisateur) est lui-même la personne source de la cellule qu’il rassemble.

Restent donc les 4 accords… Jusqu’ici il me semble qu’ils constituent un cadre assez grand pour que le jeu continue de s’y déployer librement. Si ça changeait, personnellement je serais tout à fait ouvert à les remettre en question !

Bon jeu à toutes et à tous !

Lire aussi :
• L’histoire de chant pour tous
• Devenir animateur chant pour tous
• Nous sommes loin d’avoir tout vu

Un chant pour tous qui ne respecte pas les 4 accords ?

Tout le monde (sûrement la terre entière) sait maintenant qu’un événement peut être défini comme un « chant pour tous » à partir du moment où il respecte les 4 accords, seul et unique cadre délimitant le mouvement.

J’ai déjà fait un article qui parle de la liberté qu’offrent ces 4 accords, mais je n’ai pas encore parlé précisément, de mon point de vue, de ce qu’ils ne permettent pas :

1 : Intégrer dans les improvisations des instruments de musique, ou n’importe quel son qui ne soit pas produit vocalement ou corporellement par les personnes présentes, comme par exemple des sons électroniques, enregistrements, etc…

2 : Intégrer dans les improvisations des choses non-improvisées, comme par exemple des reprises ou citations de mélodies, rythmes ou paroles déjà existants, ou quoi que ce soit qui ne soit pas inventé dans l’instant.

3 : Ne permettre la participation au chant pour tous qu’en échange d’une somme d’argent, quelle qu’elle soit, même s’il s’agit par exemple d’une petite adhésion à une association.

4 : Ne permettre la participation au chant pour tous qu’à une certaine catégorie de personnes, en en refusant l’accès par exemple aux enfants, aux personnes n’étant pas membres d’une association ou d’une quelconque structure, aux débutants en chant ou en improvisation, etc…

Je n’ai personnellement rien contre toutes ces choses, au contraire. Le choix de ces 4 accords a été totalement arbitraire et vise simplement, comme toutes les règles d’un jeu, à définir ce jeu et à l’orienter de manière à ce qu’il permette une expérience et une énergie particulière.

Tout ça est bien beau… imaginons maintenant que j’ai très envie d’organiser un événement qui respecte presque les 4 accords, mais pas complètement… comment je fais ?

Première possibilité selon moi, je peux renoncer au statut de chant pour tous et à organiser mon événement indépendamment. Comme ça je ne m’emmerde pas avec tout ça et je fais ce que je veux ! Par contre je ne pourrai pas bénéficier des outils de communication mis à disposition par le mouvement chant pour tous, comme le logo, le site, les newsletters, les pages et groupes Facebook, etc, ce qui peut être dommage pour tout le monde…

Deuxième possibilité, je le fais en douce ! Je ne respecte pas un ou plusieurs des 4 accords mais je n’en parle pas dans la communication, comme ça je peux quand même profiter du site et tout ça, je bénéficie à la fois du soutien et de la liberté. Par contre si un participant n’est pas content et décide de jouer à la police de chant pour tous, ça risque de pourrir l’ambiance… et puis personnellement, ça irait à l’encontre de certaines de mes valeurs, comme respecter et honorer l’intégrité du mouvement et des personnes qui y contribuent.

Troisième possibilité, je bricole pour tout concilier, en séparant l’événement en deux parties (ou plus), une partie respectant les 4 accords et l’autre non. J’explique ce déroulement dans la communication en annonçant par exemple que le « vrai » chant pour tous aura lieu à telle heure et qu’il sera suivi d’une deuxième partie qui intègrera par exemple des instruments de musique ou des choses préparées. Comme ça votre 1ère partie a tout à fait sa place par exemple sur le site, vous bénéficiez de tous les supports de communication, et les participants sont avertis et peuvent choisir de partir avant la 2ème partie s’ils le souhaitent.

Vous aurez probablement deviné que j’ai une préférence pour la troisième option… mais je crois qu’il faut de tout pour faire un monde !

Devenir animateur chant pour tous

Vous avez envie d’animer un chant pour tous ? Bienvenue, allez-y !

Il n’y a aucun pré-requis. Vous n’avez pas besoin d’être un « bon chanteur », un « bon improvisateur » ou un « bon animateur »… seulement d’avoir l’élan de le faire. Vous n’avez pas non plus besoin de demander la permission ou de rendre des comptes à qui que ce soit, le concept chant pour tous n’appartenant à personne.

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser pour votre communication des articles ou extraits d’articles mis à disposition sur ce site, des vidéos disponibles sur YouTube, et même le logo de chant pour tous, tout ça est en libre service.

De la même manière, vous pouvez publier vos événements et articles sur ce site. Par défaut ils seront soumis à modération, mais il vous suffit de le demander pour obtenir les droits de publication directe. Il est aussi possible de créer une nouvelle newsletter pour votre ville, ou encore de figurer dans la liste des animateurs réguliers.

Si vous êtes en quête d’idées ou d’inspiration, vous pouvez notamment lire les articles suivants :

Vous pouvez également contacter un animateur (qui vous orientera éventuellement vers un autre animateur plus disponible) pour poser des questions, demander du soutien ou échanger vos expériences.

Rien n’est demandé en retour aux animateurs, à part de suivre les 4 accords de chant pour tous ; votre événement ne doit même pas nécessairement s’appeler « chant pour tous »… Certains animateurs souhaitent travailler en équipe et se rassemblent autour de projets communs, d’autres préfèrent oeuvrer en solitaire. Il est donc possible qu’on vous contacte pour vous proposer des choses, tout comme vous pouvez contacter d’autres animateurs pour leur proposer des choses, mais il n’y a aucune obligation de participer à quoi que ce soit !

Lire aussi :
• Qui gouverne chant pour tous, comment fonctionne le mouvement ?
• Nous sommes loins d’avoir tout vu
• L’histoire de chant pour tous

Chant pour tous sur Facebook

Vous trouverez ici les liens vers les différentes pages et groupes Facebook en rapport avec chant pour tous.

Merci de poster un commentaire si vous remarquez que cette liste n’est pas à jour !

PAGES :

La page des chants pour tous à Liège
La page de chant pour tous en Guadeloupe
• La page des chants pour tous à Besançon
• La page des chants pour tous à Bruxelles
Une page globale du mouvement

GROUPES :

Le groupe des chants pour tous à Nantes
• Le groupe des chants pour tous en Auvergne
• Le groupe des chants pour tous à Besançon
Un groupe global du mouvement

 

Aux origines de Chant Pour Tous

Un boeuf en after avec des amis choristes, en chantant à tue-tête dans un appartement en ville jusqu’aux aurores ou bien l’arrivée des flics. Une claque monumentale de virtuosité et d’improvisation vocale avec la découverte du Live in Montréal (2003) de Bobby McFerrin.
Il ne nous en fallait pas plus pour que l’envie de faire de la musique en improvisation totale et seulement avec nos voix devienne une nécessité vitale. Alors comme un hommage au premier live solo de Bobby, le collectif I.S. (Inventions Spontanées) a vu le jour avec Gaël Aubrit, Wendy Martinez (ByeByeDubaï), Augustin Laudet et moi-même (Sirco), puis avec Mimo Maréchal-Duchez (ZoeBacTaBass), Yannick Broyer (ChantPourTous) et Barbara Zins.
Un tout premier concert et voilà qu’au bout de quelques improvisations heureuses, Wendy se sert du public comme d’un looper organique – Ce fût le déclic!!!! Quelle puissance dans ce tumulte, quelle communion dans cette foule d’inconnus. Nous étions sur scène en face mais on voulait être dedans, au centre. Nul besoin de frontières entre le son et l’auditoire, nul besoin d’artistes et de public, seul un instinct naturel de se fondre dans un tout, un élan imparable vers l’unité humaine!
Aujourd’hui Bobby est devenue une icône de l’improvisation vocale bien plus influente qu’à l’époque de son tube Don’t worry be happy ; le collectif I.S. n’existe plus mais des groupes vocaux émergent de partout ; la voix n’est plus seulement le son des mélodies principales et des paroles mais aussi -avec l’essor de techniques telle la beatbox, un instrument à part entière ; les loopstations de la marque Boss sont devenues incontournables ; et surtout, des mouvements tels que Chant Pour Tous fleurissent spontanément et sans concertation dans différents coins de la planète comme s’il s’agissait d’une nécessité spirituelle de toute l’espèce!!!
Pour ma part, je suis devenu Sirco et je fais des lives solo avec ma voix et mon looper. J’improvise beaucoup avec le public et peu à peu, on chante et on danse ensemble jusqu’au point d’en oublier ma machine!

C’était il y bien longtemps… en janvier 2017, à Nantes

Parce qu’on ne peut pas être en session de chant improvisé tout le temps (quoique….. !) et qu’a défaut de faire, les addictes peuvent prendre leur « shout » musical aussi  en regardant ça :

Au plaisir de vous retrouver pour la prochaine session en Avril.

Ps : Une autre piqûre, trace de la session à la bougie de Février ( session cumulative ) : https://drive.google.com/file/d/0B6fNwqCwvfn8Z0QzbVNRdG9uMmc/view?usp=sharing

Chant pour Tous en petit groupe (3)

LE JEU DE LA CACOPHONIE

– Se placer en cercle
– Inviter les participants à faire des nappes (des notes tenues) sans se préoccuper de ce que font les autres participants
– Les participants peuvent changer de notes quand ils veulent, toujours sans se préoccuper de ce que font les autres participants
– Complète cacophonie : c’est « l’objectif » !
– Inviter ensuite les participants à porter leur attention sur leurs voisins puis au bout d’un certain temps sur l’ensemble des participants
– Au bout de quelques minutes (cela peut parfois prendre une quinzaine de minutes!), les participants se rejoindront « automatiquement » sur une même note !

Ce jeu est très efficace pour créer du lien entre les participants, faire retomber certaines tensions (la peur de chanter faux par exemple) et provoquer la conscience du groupe.

LE JEU DE L’EUPHONIE

– Se place en cercle
– Lancer les participants sur une note tenue et les inviter à s’écouter les uns les autres pour avoir un son harmonieux
– Inviter les participants à changer de note s’ils le souhaitent en ayant toujours en tête le son d’ensemble
– Inviter les participants à fermer les yeux s’ils le souhaitent !

Ce jeu apparaît un peu comme l’opposé du jeu précédent et pourtant les effets sont bien les mêmes (sentiment de bienveillance au sein du groupe, apaisement, connexion entre participants, etc) !

LE JEU DES TIMBRES

Dans la même idée que le jeu de la phrase composée ou le jeu « raconte-moi une histoire », ce jeu permet de motiver l’imagination et de provoquer l’élan d’improviser.

Qu’est-ce qu’un timbre ? Un timbre est la manière dont on modifie notre voix sans changer ni la hauteur (plus grave ou aigu) ni l’intensité (plus ou moins fort).

Voici une liste non exhaustive de différents timbres:
– Le voix de papa ours: Pour la trouver, bailler et parler en même temps ou chanter avec la bouche en coeur (c’est le style de la chanteuse de London Grammar)
– La voix de lutin: Pour la trouver, chanter en souriant (Asaf Avidan chante souvent comme ça dans ses aigus, notons que dans la vidéo il commence cependant sa musique avec une boucle en timbre « papa ours », il y aussi le chanteur de Alt-J qui utilise beaucoup ce timbre)
– La voix aérée: Pour la trouver, faire un ahhhhhhh soupiré et léger (Jane Birkin dans Di doo Dah)
– La voix nasale: Pour la trouver, faire passer le son dans le nez et dire « coin coin » (Matt Corby dans Rehearsing Wrong Man ou Duffy très souvent)
– La voix serrée: Pour la trouver, chanter en serrant les abdos (Tina Turner dans Simply the Best)
– La voix plaintive: Pour la trouver, chanter avec un ton mélancolique et triste (Le chanteur de Radiohead utilise souvent cette voix)
– La voix fry: Pour la trouver, faire un ahhhhhhh grave et lourd jusqu’à ce que vous sentiez des frétillements (Pour les fans de films d’horreur penser à The Grudge ou sinon Britney Spears utilise cette voix pour donner des à-coups à ses phrases)

Le jeu:
– Donner un exemple de plusieurs timbres pour donner de l’inspiration aux participants
– Inviter les participants à jouer sur différents timbres lors des improvisations !

Variation n°1: Un timbre en particulier peut faire office de thème pour une circlesong ou une improvisation collective. Dans ce cas, l’ensemble des participants chante avec le même timbre.
Variation n°2: Un changement de timbre au milieu d’une improvisation peut permettre de faire évoluer l’improvisation vers une nouvelle atmosphère

LE JEU DES NUANCES

Tout comme le jeu précédent, ce jeu n’est pas vraiment un « jeu ». Il s’agit simplement d’ouvrir l’horizon des possibles d’une improvisation.

– Inviter simplement les participants à faire attention à l’intensité de leur boucle et à jouer avec les nuances !

Les effets:
Dans une circlesong: La personne du milieu fait des signes pour communiquer aux autres qu’elle souhaite un son plus ou moins fort. Emotions garanties!
Dans une improvisation collective: Si plusieurs personnes se mettent à chanter plus fort, il est fort probable qu’un des participants ait l’élan de faire un solo!

Les articles précédents:
Chant pour tous en petit groupe: Une introduction
Chant pour tous en petit groupe (1)
– Chant pour tous en petit groupe (2)

Chant pour Tous en petit groupe (2)

LE JEU DES CLAPS

– Se placer en cercle
– Mettre en place une pulsation en commun: 1,2,3,4
– Sur un des quatre temps une personne tape dans ses mains en regardant un autre participant dans les yeux
– C’est maintenant au tour de cet autre participant de « claper » en direction d’une autre personne !

Variation n°1: Les claps peuvent se faire sur les contre-temps.
Variation n°2: Les claps peuvent se faire tous les deux temps. Par exemple, sur les 1 et les 3. Cela oblige donc les participants à être rapides et précis dans leur claps.
Variation n°3: Le rythme peut être accéléré de deux façons. Soit les claps se font sur tous les temps soit on accélère la pulsation de départ. (Soit les deux!)

LE JEU DE LA MINUTE-RESSENTI

Ce jeu peut être proposé à n’importe quel moment du Chant pour Tous. Je le faisais généralement en période de retour au calme, souvent à la fin de l’événement. Mais je me dis que ce serait une super façon de commencer un Chant pour Tous et le jeu pourrait alors s’appeler la « minute-intention ».

– Se regrouper deux par deux.
– Chaque couple fonctionne en autonomie pour ce moment d’intimité.
– Pour chaque couple la consigne est la suivante: « A » parle pendant une minute de son ressenti sur l’événement, durant cette minute « B » regarde « A » dans les yeux et en silence. Une fois la minute passée, échanger les rôles !

Evidemment, la notion de « minute » est assez lâche, si les participants se connaissent bien (comme cela a été mon cas au bout d’un certain temps) ils auront tendance à s’étendre dans le temps et c’est tant mieux !

Variation: Ce temps de ressenti peut être fait avec le groupe entier.

La raison pour laquelle j’ai fait l’essai de faire ça en couple est que j’ai remarqué que certains participants ne se sentaient pas à l’aise pour parler devant un groupe même si nous étions peu nombreux. J’avais également envie de créer un moment d’intimité entre deux personnes. Généralement, les personnes qui s’étaient retrouvées un couple continuaient la discussion après le temps de ressenti terminé. C’était beau à voir !

LE JEU DE LA MINUTE-BIENVEILLANCE

– Se regrouper deux par deux.
– Chaque couple fonctionne en autonomie pour ce moment d’intimité
– « A » et « B » resteront silencieux sur l’ensemble du jeu.
– « A » ferme les yeux et se concentre sur son partenaire.
– « B » regarde « A » et lui envoie des pensées bienveillantes
– Une fois la minute passée, échanger les rôles !

Variation n°1: Ce temps de bienveillance peut être fait avec le groupe entier.
Variation n°2: Après cet échange de pensées bienveillantes, un temps de ressenti peut-être engagé entre les deux participants pour partager ce qu’ils ont ressentis durant ce moment particulier.

LE JEU « RACONTE-MOI UNE HISTOIRE »

Ce grand moment de solitude où tu essayes d’inviter les participants à se placer au centre du cercle chantant pour nous faire une petite virée lyrique: faire un solo ça fait peur !

– Inviter l’un des participants ou les participants en général si l’on ne veut pointer personne en particulier à nous « raconter une histoire ».
– Celle-ci peut être en langage imaginaire ou pas, chantée ou pas, l’essentiel étant de provoquer l’élan de se lancer dans un solo !

Variation: Jeu qui marche très bien pour lancer une circlesong ou une improvisation collective également

LE JEU DU GOGO

– Faire des groupes de deux.
– Le premier couple se place au centre, les autres peuvent être en cercle autour d’eux ou simplement assis devant eux.
– « A » est leader. « B » est follower. (Je suis pas fan des noms, vous avez des idées un peu moins hiérarchiques ? Gogoer et gogoing XD ?)
– Lorsque « A » dit « GO »,  « B » se lance tout de suite dans la création d’une boucle.
– Lorsque la boucle de « B » est stable « A » crée une autre boucle par dessus.
– « A » décide quand il veut d’arrêter leur mini-improvisation en faisant un signe d’arrêt avec les mains.
– Répéter le jeu une fois avant d’échanger les rôles.
– Une fois le premier couple passé, c’est au tour des autres couples !

Un conseil: inviter les participants à se regarder dans les yeux. Frissons garantis !

Variation n°1: Au lieu d’arrêter le jeu après que « A « a crée sa boucle, il peut-être décidé que « A » et « B » doivent créer plusieurs boucles ou faire des solos.
Variation n°2: Le jeu peut se faire en groupe de plus de deux. Dans ce cas, il peut être défini que B crée sa boucle à la suite du « GO » de « A » puis que « C » crée sa boucle après « B » et ainsi de suite jusqu’à ce que « A » soit le dernier participant à créer sa boucle.

LE JEU DU TÉLÉPHONE

– Se placer en cercle
– Un personne improvise un mini-solo et fait signe à la personne qui se trouve à droite (ou à sa gauche hein!) quand elle termine son mini-solo.
– C’est maintenant au tour de cette personne de se lancer dans un mini-solo.
– Et ainsi de suite jusqu’à la fin du cercle !

Variation: Il peut être convenu que l’improvisation complète ait un « sens ». Dans ce cas, l’objectif de chaque participant est de poursuivre son mini-solo dans la même atmosphère que le solo de la personne précédente.

La suite ici: Chant pour Tous en petit groupe (3)

Les articles précédents:
Chant pour tous en petit groupe: Une introduction
Chant pour tous en petit groupe (1)

Chant pour Tous Toronto 3

CircleSongs Lyon #1 06/01/17

Il y a dix jours a eu lieu le premier chant pour tous 100% circlesongs (aucune improvisation collective libre) à Lyon !

En plus de cette nouveauté, je souhaitais faire venir un photographe et également filmer en plan fixe avec mon nouveau Zoom Q8. Je l’avais annoncé en amont et je m’attendais à ce que ça décourage certaines personnes de venir… 92 réservations le jour même et on était finalement 103 quand je nous ai comptés avant l’échauffement ! Des gens sont arrivés après, d’autres sont partis, en tout on a peut-être été environ 115 personnes sur la soirée. J’étais hyper heureux (j’adore les circlesongs à très nombreux) et en même temps surpris et décontenancé ; le record était de 67 jusque-là et avait toujours augmenté progressivement, là on l’a dépassé d’un coup de 36 personnes !

JLU-CPT-Mace-2017janvier06-047webComme à chaque fois je suis ravi et touché par la beauté et la simplicité de ce chant pour tous, environ le 60ème à Lyon, et je remercie tous ceux qui y ont contribué !

Merci à Elise Cagne et à la MJC Jean Macé de nous avoir accueillis.

Merci à Jean-Luc Fortin d’avoir photographié la soirée, vous pouvez voir une sélection de ses photos sur la page FB du mouvement.

Merci à ceux qui ont animé les circlesongs et merci à tous ceux qui étaient dans le cercle !

Merci également pour les contributions financières, j’ai pu récolter 80 euros que j’ajoute à la cagnotte qui servira à imprimer des affiches pour le mouvement le moment venu.

Je referai sans aucun doute des chants pour tous 100% circlesongs à l’avenir. En attendant, pour les lyonnais RDV le 25 février à la médiathèque du Bachut avec Sam Casper, puis le 24 mars à nouveau à la MJC Jean Macé avec moi !

La caméra s’est malencontreusement arrêtée pendant une partie de la soirée… je suis désolé qu’il en manque mais heureux de partager cette vidéo-souvenir avec vous. Si elle ne s’active pas automatiquement vous pouvez sélectionner la qualité HD dans les paramètres en bas à droite… pour la première fois dans une de mes vidéos ça sert à quelque chose !